La Luciole Littéraire, épisode #007 : Les Jardins statuaires (Streetcast)

La Luciole Littéraire, épisode #007 : Les Jardins statuaires (Streetcast)

Dans ce nouvel épisode, je vous parle d’une œuvre passionnante et atypique : Les Jardins statuaires de Jacques Abeille, premier tome du Cycle des contrées. Il s’agit d’une œuvre originale et très riche, entre fantasy, surréalisme et conte philosophique. Petit avertissement avant de commencer : il s’agit de mon « épisode de la honte« , puisque je fais une erreur monumentale au début du streetcast (l’œuvre a bien été publiée en 1982, pas en 1882!), et que le frottement de mon gilet contre le micro a occasionné quelques petits bruits désagréables au fil de l’enregistrement! Toutes mes excuses pour ces petits accrocs… J’espère malgré tout que mes bêtises ne vous empêcheront pas de vous intéresser aux Jardins statuaires, car il s’agit d’un texte passionnant qui aborde à la fois la question du choc culturel, de la civilisation, de la place des femmes et de l’organisation des structures familiales, mais aussi des questionnements plus philosophiques autour de la naissance de l’œuvre d’art et du travail de l’écrivain. C’est un récit profondément atypique, qui n’a pas trouvé son public au moment de sa première publication, mais qui a désormais trouvé une résonance particulière chez amateurs de fantasy, et qui nous permet réellement de nous questionner sur les notions de genres et de « mauvais genres. »

Poursuivre la lecture de « La Luciole Littéraire, épisode #007 : Les Jardins statuaires (Streetcast) »

Cocooning, bookstagram et tasses de thé : la lecture est-elle un divertissement ?

Cocooning, bookstagram et tasses de thé : la lecture est-elle un divertissement ?

C’est une lectrice de ce blog (merci à toi, Sarah, si tu passes par ici!) qui m’a donné l’idée de cet article, en commentant mon billet publié l’été dernier Lectures de vacances : le divertissement est-il consensuel ? Je m’attaquais, dans cet article, à l’idée traditionnellement répandue que les lectures d’été doivent être dénuées de tout challenge intellectuel pour pouvoir réellement divertir, et je suggérais qu’il pouvait être tout aussi plaisant de décortiquer une œuvre complexe. Sarah m’objectait dans son commentaire que considérer la littérature comme un divertissement était déjà quelque chose de gênant en soit : et je dois dire que je suis assez d’accord. N’est-ce pourtant pas cette conception de la lecture qui transparaît le plus aujourd’hui sur les réseaux sociaux, la lecture comme détente, comme moment de « hygge » ? Je ne suis pas sûre de pouvoir répondre clairement à cette question, mais j’ai estimé qu’il serait intéressant d’y réfléchir, et d’essayer de mettre des mots sur ma propre expérience de lectrice.

Poursuivre la lecture de « Cocooning, bookstagram et tasses de thé : la lecture est-elle un divertissement ? »

De l’intrication du féminisme & de la défense des objets culturels dits « populaires »

De l’intrication du féminisme & de la défense des objets culturels dits « populaires »

Si vous suivez ce blog depuis quelques temps (merci! 🙂 ), vous aurez remarqué qu’il se concentre principalement sur deux axes : le féminisme et les objets culturels considérés comme « populaires » (séries télévisées et « mauvais genres » littéraires, principalement.) J’ai hésité, en créant ce blog, à le restreindre à seulement l’une de ces deux questions, dans un souci de clarté, de « ciblage » du lectorat… J’ai donc procrastiné un moment sur ma « ligne éditoriale » avant de me lancer. Et j’ai finalement décidé de traiter ces deux problématiques quand j’ai pris conscience de leur enchevêtrement. En effet, si les « mauvais genres » et les objets culturels populaires en général bénéficient souvent d’un traitement dédaigneux ou d’une invisibilisation, le phénomène prend une ampleur toute particulière quand on touche à des œuvres assimilées à une culture dite « féminine » : littérature sentimentale, comédies romantiques, magazines féminins, tutos make-up, etc. Dans le grand bain de fange où l’on traîne souvent les objets culturels populaires, les œuvres considérées comme « féminines » sont celles qui raclent le sol de plus près : elles reçoivent à la fois le mépris dû à leur statut « non-académique » et la condescendance misogyne. C’est de cela que je vous propose de discuter un peu dans cet article  – de la façon dont la culture considérée comme « féminine » écope toujours de la double peine.

Poursuivre la lecture de « De l’intrication du féminisme & de la défense des objets culturels dits « populaires » »

Qu’est-ce qu’un « roman de gare »?

Qu’est-ce qu’un « roman de gare »?

Le voici, le voilà! Sonnez hautbois, résonnez trompettes! L’article sur les best-sellers / romans de gare annoncé il y a des mois sur Instagram est enfin arrivé. Enthousiasme.

Celleux qui me connaissent savent bien que cette année, j’ai passé beaucoup, beaucoup de temps dans les gares, et notamment à la Gare du Nord. Celle-ci étant en plein travaux, la seule solution de repli pour ne pas attendre son train debout sous un panneau lumineux est d’aller traîner au Relai et de regarder les livres. C’est ainsi que je me suis aperçue que je n’avais lu, en fin de compte, quasiment aucune des œuvres présentées dans les rayons « meilleures ventes. » Ma curiosité naturelle a fait le reste: que sont, en vérité, les fameux « romans de gare » dont on entend si fréquemment parler comme s’il s’agissait d’un genre littéraire bien défini? De quel bois sont faits ces bouquins censés offrir, d’après l’acception courante, un divertissement facile? Je n’en savais rien. Je me suis donc lancée de le projet de lire plusieurs romans exclusivement trouvés dans les rayons « meilleures ventes » des gares que j’ai fréquentées ces derniers mois (Paris-Nord, Arras, Lille, Paris-Est.) Je ne peux bien entendu pas prétendre avoir fait une enquête exhaustive, mais j’espère que cet article présentera malgré tout quelques éléments de réponse à la question ultime: qu’est-ce qu’un roman de gare (suis-je la seule à me la poser?)

Poursuivre la lecture de « Qu’est-ce qu’un « roman de gare »? »