Lecture & accumulation : peut-on être un lecteur ou une lectrice minimaliste ?

Lecture & accumulation : peut-on être un lecteur ou une lectrice minimaliste ?

Cette année, au moment de la mort de Karl Lagerfeld, nous avons été nombreux.ses à voir passer des photos de sa spectaculaire bibliothèque, empilement impressionnant de centaines de livres rangés d’une manière très esthétique. Lors de la diffusion de ces images, j’ai vu naître, sur les réseaux sociaux, des discussions assez variées, de ceux et celles qui s’extasiaient devant cette architecture bibliophile aux autres qui soulignaient la dimension peu pratique de ce rangement, et aux autres encore qui critiquaient l’extrême matérialisme de ce rapport à la lecture, directement fondé sur la possession. Ces différents échanges m’ont particulièrement intéressée. Le minimalisme est en effet dans l’air du temps : sans même parler de Marie Kondo (dont la démarche n’est d’ailleurs pas tout à fait minimaliste, d’après ce que j’ai compris) ou des autres théoriciens et théoriciennes du rangement, qui ne représentent que la façade « visible » du mouvement, je vois autour de moi de nombreuses personnes qui s’interrogent de plus en plus sur leur rapport à la consommation et aux objets. Et il s’agit, me semble-t-il, d’un questionnement nécessaire : dans un monde qui nous bombarde chaque jour d’incitations à l’achat, qui produit des milliers d’objets jetables, qui suscite des sensations de manque artificielles ou crée insidieusement des complexes pour pousser sans cesse le consommateur et la consommatrice à dépenser tout son salaire dans des babioles ou des cosmétiques, il est indéniablement utile de se remettre un peu en question quand on flanche de désir devant un nouveau gadget technologique ou un nouveau petit carnet. Comment envisager la passion pour la lecture, et le souhait constant d’enrichir sa bibliothèque de nouveaux livres, avec ce questionnement sur la possession matérielle et les habitudes de consommation ?

Poursuivre la lecture de « Lecture & accumulation : peut-on être un lecteur ou une lectrice minimaliste ? »

Premier roman & dédicace

Premier roman & dédicace

C’est avec beaucoup de plaisir que je vous annonce la publication prochaine de mon premier roman, Le Club des érudits hallucinés, le 3 avril 2019 chez les éditions du Chat Noir ! A cette occasion, le site évolue pour inclure mes activités d’autrice, mais promis : cela ne représentera qu’une petite partie des publications et je continuerai bien sûr de publier les articles habituels et les épisodes du streetcast 🙂

Si cela vous intéresse, le roman est disponible en précommande jusqu’au 11 mars inclus sur le site des Éditions du Chat Noir, et les exemplaires précommandés seront accompagnés d’un marque-page dédicacé.

Je serai également en dédicace à Livre Paris le samedi 16 mars de 10h à 13h, et le dimanche 17 mars de 14h à 20h, pour présenter le roman en avant-première sur le stand des Éditions du Chat Noir (R70) ! J’espère vous y croiser 🙂 Poursuivre la lecture de « Premier roman & dédicace »

La Luciole Littéraire, épisode #001: Créatrices en 1900 (Streetcast)

La Luciole Littéraire, épisode #001: Créatrices en 1900 (Streetcast)

Une nouvelle aventure commence pour le blog ! J’ai en effet décidé de compléter le contenu que je publie ici par un streetcast, format que j’ai découvert récemment et qui m’a tout de suite enthousiasmée. Si vous ne le connaissez pas encore, le streetcast est un podcast au format court, enregistré de façon très minimaliste, juste avec une application smartphone et un kit mains libres. Pas de matériel spécifique ou de montage compliqué… Je n’avais donc aucune excuse pour ne pas me lancer! J’ai intitulé ce streetcast La Luciole Littéraire, pour faire pendant à ce blog, et je vous parlerai dans ces épisodes de mes impressions de lecture « sur le vif », ou de pensées diverses en rapport avec la littérature et l’écriture, sans préparation particulière. L’objectif est vraiment de fournir un contenu improvisé et naturel, aux antipodes des articles que je publie ici, que je prends beaucoup de temps à écrire, relire et corriger. Ces deux formats, articles rédigés et streetcasts improvisés, me semblent tout à fait complémentaires!

Poursuivre la lecture de « La Luciole Littéraire, épisode #001: Créatrices en 1900 (Streetcast) »

De l’intrication du féminisme & de la défense des objets culturels dits « populaires »

De l’intrication du féminisme & de la défense des objets culturels dits « populaires »

Si vous suivez ce blog depuis quelques temps (merci! 🙂 ), vous aurez remarqué qu’il se concentre principalement sur deux axes : le féminisme et les objets culturels considérés comme « populaires » (séries télévisées et « mauvais genres » littéraires, principalement.) J’ai hésité, en créant ce blog, à le restreindre à seulement l’une de ces deux questions, dans un souci de clarté, de « ciblage » du lectorat… J’ai donc procrastiné un moment sur ma « ligne éditoriale » avant de me lancer. Et j’ai finalement décidé de traiter ces deux problématiques quand j’ai pris conscience de leur enchevêtrement. En effet, si les « mauvais genres » et les objets culturels populaires en général bénéficient souvent d’un traitement dédaigneux ou d’une invisibilisation, le phénomène prend une ampleur toute particulière quand on touche à des œuvres assimilées à une culture dite « féminine » : littérature sentimentale, comédies romantiques, magazines féminins, tutos make-up, etc. Dans le grand bain de fange où l’on traîne souvent les objets culturels populaires, les œuvres considérées comme « féminines » sont celles qui raclent le sol de plus près : elles reçoivent à la fois le mépris dû à leur statut « non-académique » et la condescendance misogyne. C’est de cela que je vous propose de discuter un peu dans cet article  – de la façon dont la culture considérée comme « féminine » écope toujours de la double peine.

Poursuivre la lecture de « De l’intrication du féminisme & de la défense des objets culturels dits « populaires » »

Classiques et « mauvais genres »: l’établissement d’un canon littéraire, des bancs de la fac à Booktube

Classiques et « mauvais genres »: l’établissement d’un canon littéraire, des bancs de la fac à Booktube

Récemment, Le Parisien a publié un article qui a fait bondir la twittosphère : Salon du Livre Paris: des inconnues devenues stars grâce aux réseaux sociaux. Je vous laisse aller lire le billet si cela vous chante, mais soyez prévenu.e.s, e ne sera probablement pas sans grincements de dents, car on y retrouve une critique extrêmement condescendante de Booktube et de Wattpad, mâtinée de mépris pour les littératures de l’imaginaire, pour young adult, et pour les lectrices en général (car oui, l’article est aussi très sexiste.) Un texte d’autant plus horripilant qu’il effectue des confusions nombreuses (Booktube/Wattpad), propose des définitions bancales montrant une profonde méconnaissance du sujet (notamment en ce qui concerne la dystopie) et dénigre Robin Hobb de façon complètement gratuite (et sans aucun lien avec le thème abordé.) Et je ne vous parlerai même pas des maladresses stylistiques (comme quoi, avoir lu Sagan ne garantit pas de savoir s’exprimer dans un français correct.)

Poursuivre la lecture de « Classiques et « mauvais genres »: l’établissement d’un canon littéraire, des bancs de la fac à Booktube »