Challenges de lecture : quantité ou qualité ?

Si vous êtes, tout comme moi, familiers de la sphère Booktube et des pratiques de lecture connectées, vous n’avez pas pu passer à côté de la vague des challenges, qu’ils soient saisonniers ou thématiques. Entre le Cold Winter Challenge, le Pumpkin Autumn Challenge ou, plus récemment, le Spring Flower Challenge, tous les moments de l’année sont rythmés pas ces aventures de lecture collective où, sous l’impulsion d’un.e influenceur.se, les lecteurs et lectrices remplissent leurs « menus » et concoctent des piles à lire mûrement réfléchies. Plus ponctuels, les week-ends à mille et les readathons viennent également s’ajouter à l’ensemble, en proposant des « sprints » de lecture très intenses, condensés sur une ou deux journées. Cette pratique du challenge a pour avantage de créer des interactions plaisantes entre lecteurs et lectrices sur des groupes Facebook dédiés (ou sur d’autres supports virtuels) et de recréer une forme de convivialité dans une pratique ordinairement plutôt solitaire. Pour autant, après avoir suivi quelques temps ces différents groupes, j’en suis venue à me demander si ces fameux challenges n’étaient pas, dans leur genre, des manifestations de la « passion accumulatrice » que j’évoquais déjà dans un précédent billet. Les challenges nous inciteraient-ils à valoriser le nombre de pages englouties plutôt que la qualité de l’expérience de lecture ?

Continue Reading