La Luciole Littéraire, épisode #026 : L’Automate de Nuremberg (Streetcast)

Toujours dans la série consacrée aux automates en littérature, je vous propose aujourd’hui de discuter de L’Automate de Nuremberg de Thomas Day, longue nouvelle parue en 2006 dans la revue Bifrost, puis rééditée chez Folio en 2007. Ce texte étonnant présente les journaux intimes de Melchior, un automate joueur d’échecs qui a été libéré de son service par le tsar de Russie, et qui part en quête des secrets de sa conception. Il s’agit d’un texte très introspectif, qui ne s’intéresse pas, cette fois-ci, aux discussions des créateurs de l’être artificiel (contrairement à La Vénus anatomique) mais à l’intériorité de l’automate, au fil de sa pensée, à son altérité. C’est également une expérience littéraire – comment transcrire, en effet, les pensées d’un esprit de rouages ?

Dans cet épisode, je cite :

  • Le Guide steampunk d’Etienne Barillier et Arthur Morgan (ActuSF, 2019.)
  • Frankenstein, de Mary Shelley
  • La Vénus anatomique, de Xavier Mauméjean
  • L’histoire de Kaspar Hauser, « l’orphelin de l’Europe » (je n’ai rien trouvé de plus complet à ce propos que la page Wikipédia.) Sinon, voici un court métrage de Diane Obomsawin (en anglais) inspiré de ce mystère.
Continue Reading

La Luciole Littéraire, épisode #025 : La Vénus anatomique (Streetcast)

Pour continuer la réflexion autour du thème de l’automate en littérature, je vous propose cette semaine de découvrir La Vénus anatomique de Xavier Mauméjean, paru en 2005, une étonnante uchronie qui mêle des thématiques très steampunk au siècle des Lumières. Mettant en scène le médecin et philosophe Julien Offray de la Mettrie, le concepteur d’automates Jacques Vaucanson, et l’anatomiste Honoré Fragonard, ce texte étonnant, qui joue sur intertextualité de façon ingénieuse, s’intéresse à la création d’une « nouvelle Eve », qui se situe entre l’andréide et la créature de Frankenstein.

Dans cet épisode, je cite :

  • Julien Offray de la Mettrie, La Vénus métaphysique et L’Homme-machine
  • La thèse de l’animal-machine de Descartes, dans la cinquième partie du Discours de la méthode
  • Le Guide steampunk d’Etienne Barillier et Arthur Morgan (ActuSF, 2019.)
  • Pour en savoir plus sur les Vénus anatomiques, des créations de cire apparues en Italie au XVIIIème siècle, je vous recommande la lecture de cet article, basé sur un ouvrage de Joanna Ebenstein (attention cependant aux images qui peuvent s’avérer dérangeantes.)
Continue Reading

La Luciole Littéraire, épisode #024 : Confessions d’un automate mangeur d’opium (Streetcast)

Dans cet épisode, je poursuis la série sur le thème de l’automate en littérature avec un des premiers romans steampunk en langue française : Confessions d’un mangeur d’opium, écrit par Fabrice Colin et Mathieu Gaborit, et publié en 1999. Ce roman d’aventures passionnant, dans lequel se croient les voix de Margo, comédienne, et de son frère Théo, aliéniste, mêle une réflexion sur la création d’automates tout à fait dans la lignée de L’Eve future avec une exploration des débuts de la psychiatrie. Efficace et bien mené, c’est aussi un texte qui célèbre l’amour de la littérature et des arts du XIXème siècle, et j’espère que vous aurez envie de vous y plonger !

Dans cet épisode, je m’appuie sur Le Guide steampunk, d’Etienne Barillier et d’Arthur Morgan, dans son édition revue et augmentée parue chez ActuSF dans la collection de poche « Hélios » en mars 2019.

Continue Reading

La Luciole Littéraire, épisode #023 : L’Eve future (Streetcast)

Je suis ravie de vous annoncer que j’entame avec cet épisode une brève série sur un des thèmes littéraires qui me fascine le plus, celui de l’automate pensant, de l’homme-machine ou de l’androïde. Exploré aujourd’hui par la science-fiction et le steampunk, c’est un motif qui apparaît dès 1886 dans le roman visionnaire de Villiers de L’Isle-Adam L’Eve future, qui met en scène la création d’Hadaly, femme idéale (et artificielle) par le savant Edison pour son ami Lord Ewald, amoureux d’une belle cantatrice sans esprit. Ce roman, bien que très misogyne, développe des thèmes essentiels au symbolisme et, loin d’être un véritable récit d’anticipation scientifique, offre avant tout une réflexion sur la dualité entre nature et artifice, réalité et Idéal. J’espère vous donner envie de le découvrir !

Je cite aussi, dans cet épisode :

  • Mathieu Letourneux, « Une ‘machine à fabriquer l’idéal’, étude de l’Eve future de Villiers de l’Isle-Adam », in Pierre Brunel (dir.), L’Homme artificiel, Paris, Didier-Érudition, 1999.
  • Mary Shelley, Frankenstein
  • Mon propre roman, qui est une version alternative de L’Eve future: Marie-Lucie Bougon, Le Club des érudits hallucinés (éditions du Chat Noir, 2019)

Image : Gustave Moreau, Salomé

Continue Reading