La Luciole Littéraire, épisode #005 : Le Mur invisible (Streetcast)

Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour un nouvel épisode du streetcast consacré à un roman magnifique : Le Mur invisible de Marlen Haushofer, un texte inclassable, entre fiction post-apocalyptique, récit de survie, nature writing, écoféminisme et introspection. J’ai découvert ce roman grâce à Diglee, illustratrice et autrice connue pour son engagement féministe, qui a partagé son coup de cœur pour cette œuvre via Instagram. La recommandation de Diglee a suscité une véritable émulation sur les réseaux sociaux, et ces dernières semaines, j’ai vraiment vu s’accumuler les messages et les stories concernant Le Mur invisible. D’après cet article du Huffington Post, Diglee aurait reçu plus de mille messages de ses abonné.e.s concernant le roman, l’œuvre est passée dans le top des ventes en littérature allemande sur Amazon, et s’est retrouvée très vite en rupture de stock chez Actes Sud, qui a dû commander une réimpression… Le Mur invisible est devenu un véritable phénomène. Et je dois dire que si, par le passé, ces « tendances littéraires » ont pu me rebuter, j’ai été, cette fois-ci, très heureuse que les réseaux sociaux me permettent de découvrir une œuvre aussi prenante et belle. Bookstagram dans tout ce qu’il a de meilleur!

Comme de coutume, voici quelques ressources concernant Le Mur invisible et sa nouvelle mise en lumière :

Un article du Nouvel Observateur (surtout intéressant pour son parallèle avec l’écoféminisme… Le reste est à prendre avec des pincettes, ce journal étant régulièrement assez méprisant avec les nouvelles formes de critique littéraire comme bookstagram.)
La bande-annonce de l’adaptation cinématographique de 2012 par Julian Roman Pölsler.
Un podcast de France Culture sur la cause animale avec Corine Pelluchon, qui recommande Le Mur invisible et lit un très beau passage.
Un lien vers le hashtag #lemurinvisible sur Instragam, afin que vous puissiez prendre conscience de l’engouement suscité sur ce réseau, et découvrir quelques comptes bookstagram à l’occasion.
– Et le post Instagram de Diglee, par lequel tout a commencé!

A lire aussi...

5 commentaires

  1. J’ai découvert ce roman sur le compte de Diglee aussi ! Vu l’engouement qu’il y a eu autour, ma curiosité a été attisée. Je suis contente de lire ton avis dessus, ça me donne encore plus envie de m’y plonger !

  2. J’ai découvert ce roman par hasard, en explorant le rayon allemand de Gibert l’année dernière. Sur le coup, j’ai cru qu’il s’agissait d’un genre de science-fiction (le mur invisible qui isole du reste du monde), et je pense que c’est pour ça que j’ai pris le livre ! Il m’a profondément marquée, au point de traquer les autres livres de Haushofer de librairie en librairie à Munich ! Je l’ai terminé en larmes dans le train. En revanche, j’ai vu le film, pourtant encensé en Allemagne et en Autriche, et je n’ai pas du tout ressenti la même émotion. Je crois que cela fait fondamentalement partie des livres « qui se passent dans la tête des lecteurs » où chacun imagine, se représente, y place ses propres peurs et se sent ému par tel ou tel détail qui dépend de son propre vécu.

    1. Je n’ai pas vu le film, mais en effet, j’ai du mal à imaginer comment on pourrait adapter avec justesse un tel roman!… Ce que tu écris me confirme que ça ne doit pas être une tâche facile.
      Je suis curieuse de découvrir d’autres romans de Marlen Haushofer! Aurais-tu des titres à conseiller? 🙂

Laisser un commentaire